Plaidoiries pour les droits des femmes

L’Association Jossour Forum des Femmes Marocaines (JossourFFM) continue son œuvre militante pour la  promotion du leadership des femmes et les politiques inclusives du genre et pour une participation féminine plus juste et égalitaire dans la société marocaine aux niveaux juridique, social, économique, politique, académique, culturel, médiatique et environnemental. 

Une première édition du concours de plaidoirie a été organisée par l’association  sous la thématique « L’égalité des droits entre les hommes et les femmes ». Durant deux journée, les membres du jury, présidé par d’éminents professeur-es, juristes, acteurs -ces de la société civile ont vu défilé plusieurs candidat-es . D’excellentes prestations oratoires  sont présentées  par les étudiant (e) s selon les délibérations des membres du jury pour les 6 binômes .Les binômes avaient 15 minutes pour faire leurs prestations et pouvaient utiliser la langue de leur choix.

« C’est une opportunité offerte aux étudiants pour améliorer leur capacité d’argumentation juridique, de maitriser les techniques oratoires et de renforcer leurs aptitudes intellectuelles et personnelles » expliquent les initiateurs de ce projet.

En tant qu’exercice exigeant à la fois talent juridique et art de l’éloquence, la plaidoirie peut se révéler très utile afin de permettre aux étudiants de dépasser leurs blocages internes, de gagner en confiance et en aisance orale «  En se confrontant à leurs pairs dans un esprit d’émulation et de compétition intellectuelle, ils seront amenés à s’exprimer en situation réelle. C’est l’occasion de transformer les connaissances théoriques acquises à l’université en savoir-faire pratique »  continuent les organisateurs.

Le concours de plaidoirie juridique est organisé par l’Association Jossour  en partenariat avec la Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales FSJES Rabat-Agdal, sous la coordination de Mme Omayma Achour, présidente de Jossour, du Pr Selma El Hassani Sbai, professeur à la FSJES Rabat-Agdal et de Mme Rhizlaine Benachir, coordinatrice du projet « femmes partenaires du progrès ».