Les étudiantes de l’ENA imaginent une  “Safe City”

La 2ème édition du workshop urbain et architectural « Rabat, ville sûre et sans violence pour les femmes et les filles »   s’est tenue à l’Ecole National d’Architecture de Rabat ENA. Lancée par l’association Jossour Forum des femmes marocaines en partenariat avec ONU femmes, cette activité offre aux étudiants de l’école, l’opportunité de participer à l’élaboration de prototypes de commerces attractifs et sécuritaires pour les femmes. 

Selon la coordinatrice du projet Rabat ville sûre sans violences pour les femmes et les filles,  Samira Achour, architecte urbaniste «  L’objectif est d’améliorer l’accès des femmes et des filles  aux services publics urbains en garantissant la stabilité  et la sécurité des femmes et des filles » .Encadrés par Samira, et le professeur architecte Hussein Taouti ,les propositions  des étudiantes à savoir  les aménagements commerciaux sensibles au genre à l’ancienne médina de Rabat vont être présentées au forum international « Safe city» qui sera organisé à Rabat en février 2020.

Outre les autres actions entreprises, le workshop est un projet qui offre des possibilités de travailler avec l’ENA sur le chantier de création  d’espaces de commerce dédiés aux femmes. « Après avoir réalisé des focus groupes avec des femmes, il s’est avéré que des changements architecturales devraient s’opérer  pour encourager le commerce des femmes et rendre la boutique plus sécuritaire et attractive. Aussi, cette initiative va sensibiliser les jeunes architectes, les planificateurs de la ville de demain, à prendre en considération le genre pour tout ce qui  conception d’espaces urbains, terrains de sport, espaces verts » ajoute Samira Achour

Le droit à la ville !

Pour M. Touati, le workshop est une réflexion pour domestiquer et rendre accessible l’espace public. Il n’est pas très investi par les femmes et les filles qui ne s’y sentent pas en sécurité « Si nous réussissons à avoir ce type d’expression, nous aurons atteint l’objectif de ce workshop »

La  plus jeune participante au workshop, étudiante en 3ème année d’architecture, s’est surtout focalisée sur la sécurité qui entrave l’accès des espaces publics aux filles « Il est temps d’essayer de réintroduire la femme dans la ville, qu’elle y soit à l’aise autant que toute autre personne » souligne la jeune étudiantes.

Safae Kounda

Vous pourriez aussi aimer : 

HCP – ONU femmes : l’approche genre

Women in Science

Abus sexuels des enfants : la campagne lancée !

Le foot contre les violences