Le Musée National de la Photographie ouvre ses portes à Rabat

Le Musée National de la Photographie, cette nouvelle institution culturelle vient d’être inaugurée dans l’enceinte du Fort Rottembourg “Borj El Kebir” à Rabat à l’initiative de la Fondation nationale des musées. Il ouvrira ses portes le 15 janvier 2020 au public avec une exposition dédiée à de jeunes photographes marocains.

L’exposition inaugurale “Sourtna”, qui marque le démarrage de l’année culturelle 2020, offre une sélection des œuvres de jeunes photographes émergents, présentées par le photographe international originaire de Casablanca Yassine Alaoui Ismaili, alias “Yoriyas”.

Lire aussi : Rabat vit « Un instant dans le monde »​

Cette “carte blanche” donnée au jeune Yassine lui offre l’opportunité de faire découvrir tout un courant de jeunes photographes urbains et leur permettre de partager leur vision des enjeux de la modernité marocaine,

Le commissaire de l’exposition “Sourtna”  Yoriyas a mis en évidence la dimension de cet évènement culturel en tant qu’expérience favorisant une liaison intergénérationnelle. “A travers cette exposition, j’ai souhaité rassembler plusieurs générations de photographes afin de créer un effet de synergie, ce qui représente une motivation pour les jeunes artistes”, a t-il déclaré.

Situé au coeur du quartier l’Océan, l’accès au musée est gratuit jusqu’au 1er février et le demeurera pour les habitants du meme l’Océan.

Le Fort Rottembourg, Fort Hervé ou encore Borj El Kebir est une fortification érigée à la fin du 19ème siècle sur la corniche de Rabat afin d’abriter deux canons de 30 tonnes venus de Hambourg et offerts par les Allemands. Le premier nom du Fort tire son nom de celui de l’ingénieur allemand Walter Rottembourg, officier chargé des travaux qui ont débuté en juin 1888 et achevés 12 ans plus tard en 1894. Le Fort Rottembourg a été renommé en 1912, “Fort Hervé” par les Français, porte aujourd’hui aussi le nom de Borj El Kebir. Il représente le premier bâtiment en ciment armé jamais construit dans le Royaume.

Pour rappel, pour  la Biennale de Rabat “Un instant avant le monde » et durant trois mois, le Fort Rottembourg a accueilli, plusieurs  artistes , venus des quatre coins du monde faisant de cette première biennale ,un moment de création, d’ouverture et de tolérance