Grains de beauté à la loupe

Si d’aucuns considèrent que le grain de beauté confère un certain charme à un visage, beaucoup s’inquiètent lorsqu’il y a prolifération de naevi (mot scientifique de grain de beauté). Faut-il s’en inquiéter ? Faut-il alors les enlever ? Quand deviennent-ils dangereux ? Nos réponses.

Tout d’abord, une certitude. Les grains de beauté ne se transforment que très rarement en  mélanome, le plus redoutable des cancers cutanés. Le risque de transformation est de 1/7000 pour un naevus banal, il est multiplié par 80 lorsqu’il s’agit d’un naevus atypique, par 100 à 400 lorsqu’il existe en plus un antécédent de mélanome chez un membre de la famille.  Parmi les autres facteurs de risque : l’exposition solaire, les machines à UV, les peaux blanches surtout rousses (un grain de beauté sur une peau rousse a dix fois plus de risque de développer un cancer que s’il siégeait sur une peau noire).  Le risque de transformation d’un naevus congénital est de 5%, suffisamment important pour justifier une ablation préventive.  Au Maroc, et plus généralement en Afrique, le siège de prédilection des mélanomes est la plante des pieds et le risque de transformation maligne des grains de beauté diminue à mesure qu’on monte des pieds vers la tête. Il est donc exceptionnel, au Maroc (contrairement aux pays nordiques), qu’un naevus des parties supérieures du corps se transforme en mélanome. En fait, quelque soit la partie du corps, ce risque augmente si le grain de beauté subit des irritations répétitives (ceinture, soutient gorge, chez l’homme le grain de beauté peut être mis à rude épreuve à cause du rasage quotidien…). Le nombre élevé de naevi (plus de 50 par individu) est également un facteur de mauvais pronostic.

Et quand faut-il s’inquiéter ?

 Certains signes d’alerte doivent attirer l’attention sur le risque de transformation maligne. On peut s’en souvenir grâce à la règle ABCDE : A = asymétrie des contours (droit/gauche) du grain de beauté ; B = bords   irréguliers ; C = couleurs multiples(noir, grisâtre, brun, rouge) ; D = diamètre (supérieur à 6 mm) ; E = évolution (rapidité du changement d’aspect ).
Si on note sur un naevus un ou plusieurs de ces critères, cela doit inciter à consulter son médecin, et le cas échéant à les faire enlever par un dermatologue ou un un  chirurgien plasticien .

Diagnostic précoce synonyme de guérison (prévention) Surveiller ses grains de beauté et ne pas hésiter à consulter au moindre changement d’aspect pourrait vous aider à éviter le pire, car seul un diagnostic précoce permet le retrait du mélanome avec une grande probabilité de guérison totale. Aussi, pour éviter des traitements lourds, il faut acquérir de bons réflexes surtout si on a des facteurs de risque. La surveillance et le diagnostic précoce permettront de faire de vos grains de beauté des amis.

 Naïma Anouar